Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 08:34
TOUT ET SON CONTRAIRE

Volontairement ou non, nous utilisons parfois des mots, des expressions et des manières de parler qui, au delà des apparences, disent à bas bruit ce qu’elles sont censées ne pas dire…

Depuis déjà quelques temps nous avons bien compris, par exemple, que le mot « territoire » donne l’illusion de l’ancrage, de l’enracinement mais qu’il a en fait pour fonction de faire croire à cet enracinement et permet de parler avec une merveilleuse imprécision d’une réalité tout à fait indéfinie. Le territoire est à géométrie variable, à frontières mobiles, tellement imprécises que le territoire devient virtuel en faisant croire qu’il ne l’est pas. Restera à le connecter pour qu’il se fasse apprenant ou inclusif, territoire de soin ou de santé, au gré de celui qui parle…

De la même manière nous communiquons désormais par écrans interposés… Réjouissons-nous ! Les écrans sont partout, multiples, actifs, ils sont censés relier, mettre en relation dans toutes les circonstances de la vie et toutes les catégories de communicants : les enseignants et leurs élèves ou étudiants (téléenseignement), les malades et leurs médecins (télémédecine), les commerçants et leurs clients (téléachats, click and collect)… Le télétravail se répand, les réunions virtuelles sont innombrables, les visio-conférences et webinaires remplacent le présentiel, la distance est au service de la proximité… On n’arrête pas le progrès et l’on est parfois surpris que tout cela engendre une sorte de perte de la relation, la vraie, celle qui fait du bien, qui soigne, qui éduque, qui fait grandir chacun avec les autres et au profond de soi…

L’écran fait écran, tout simplement… faisant écran, il tient à distance ceux qu’il est censé rapprocher…

Mais tout cela, rassurez-vous, en toute « transparence » ! Ah bon ! Circulez il n’y a rien à voir… Le sommet de la transparence c’est bien l’invisibilité de la vitre… C’est la lisibilité qui pourrait donner à voir, à lire et à comprendre… rendre lisible et non pas transparent, imperceptible…

Mais, bien sûr, on préfère parfois ne pas vraiment donner à voir… Alors on vous dira partout, jusqu’à l’hôpital et dans les soins qu’il est très important de servir une irréprochable « démarche qualité »… On mettra alors en œuvre une multitude de protocoles et de « bonnes pratiques ». Tant mieux, tous, nous préférons les bonnes pratiques aux mauvaises ! Et l’on oubliera très vite que l’important n’était pas la démarche qualité mais bien la qualité de la démarche…

Dans cette période de pandémie où le port du masque est devenu obligation, on le porte donc pour se protéger et protéger les autres. Soit ! Mais que masque donc le masque ? Que révèle-t-il au fond ? Sans doute une virtualisation de la relation, un isolement au motif de confinement et un enfermement des plus vieux ou des plus handicapés au motif de leur vulnérabilité…

Alors, comble de l’hypocrisie collective, les personnes âgées accueillies dans les EHPAD ou les personnes en situation de handicap accueillies dans les Foyers d’hébergement, sont gentiment appelées « résidents » !

On imagine tout de suite derrière ce terme la prise en considération de la personne et la déférence qu’on leur témoigne, dans le respect de leur projet de vie, conformément au projet institutionnel qui s’inscrit d’ailleurs dans le projet du territoire que nous évoquions tout à l’heure… Soit ! Mais, confinement aidant, certes, il faudra alors expliquer pourquoi ces « résidents » ont été tout simplement assignés… à résidence, pour ne pas dire « placés » en liberté… surveillée ! Comment s’étonner alors qu’un peu partout on entende encore parler de « pensionnaires » ! Qu’il ne leur prenne pas l’idée de partir ils auraient fait une « fugue »…

Alors tout et son contraire ? Peut-être, ou inversement, je ne sais plus…

Michel Billé

Un sociologue qui éveille les consciences à suivre sur son nouveau blog Dissensushttps://scienceshumainesbellesetrebelles.fr/2021/01/04/tout-et-son-contraire/

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 16:29
SOIGNER SES ENFANTS AVEC LES HUILES ESSENTIELLES

Tout fraîchement sorti dans les bacs ! Ce livre pour soigner son enfant avec les huiles essentielles, facilement, efficacement et sans danger, est un véritable guide pratique avec beaucoup de formules à réaliser chez soi, des mélanges d'application cutanée, des bains aromatiques...

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 20:12
OLFACTION ET ÉMOTIONS

Dans ce monde qui s’emballe, avec des sollicitations incessantes, des enjeux contradictoires, et des rythmes de vie qui s’intensifient, il n’est pas aisé de conserver au quotidien le calme intérieur et l’équilibre émotionnel.

Les huiles essentielles nous convient à une inspiration saine et apaisée pour accueillir et écouter nos émotions, et avancer dans la vie avec plus de justesse et de sérénité.

 

Virginie Vincent fondatrice d’ICBE Formation a créé Harmonie Emotionnelle® une méthode d’accompagnement pour favoriser la gestion des émotions, pour aider à identifier nos freins, à découvrir nos ressources, et parvenir à coïncider avec ce rapport à soi qui au plus profond de notre être.

 

Cette approche du sensoriel, cet attrait pour le sensible, nous les partageons. C'est donc tout naturellement que notre partenariat s'est mis en place.

Je suis heureuse de vous présenter Les Fluides Olfactifs AROMAGE, des mélanges 100% huiles essentielles, à sentir pour se sentir mieux :

 

N° 1 - ANCRAGE

N° 2 - DÉLIVRANCE

N° 3 - PLEINE JOIE

N° 4 - CONFIANCE en SOI

N° 5 - DOUCEUR

N° 6 - ESPOIR

N° 7 - BIENVEILLANCE

N° 8 - ÉQUILIBRE

N° 9 - PURETÉ

N° 10 - ENTHOUSIASME

N° 11 - CRÉATIVITÉ

N° 12 - ESTIME de SOI

N° 13 - DISCERNEMENT

N° 14 - SÉRÉNITÉ

N° 15 - RÉCONFORT

N° 16 - PROTECTION

N° 17 - ALACRITÉ

N° 18 - DÉSIR

N° 19 - PARDON

N° 20 - COURAGE

N° 21 - RASSURANCE

N° 22 - SE RESPECTER Prévenir l'épuisement au travail

N° 23 - S'ÉCOUTER Prévenir la perte de sens au travail 

N° 24 - S'ÉPANOUIR Prévenir l'ennui au travail 

 

 

Portez-vous bien.

Aromatiquement vôtre,


Sylvie Rabasa

sylvie.rabasa@aromage.fr

aromage.fr

05 56 57 01 39

 

 

OLFACTION ET ÉMOTIONS
Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 13:35
LA DIFFUSION D'HUILES ESSENTIELLES : UN OUTIL DE PRÉVENTION INCONTOURNABLE EN EHPAD !

Tandis que la moitié de la planète est actuellement confinée, beaucoup d’entre nous s’interrogent sur l’après-confinement, en sachant que le Covid-19 est un virus à ARN susceptible de muter et d'augmenter sa virulence à chaque mutation.

Pour Yves Gaudin, directeur de recherches CNRS à l’Institut de biologie intégrative de l’université Paris-Saclay, « tant que l’on n’aura pas d’immunité mondiale, on continuera à vivre avec ce coronavirus ». Pour lui, et c’est un avis partagé par de nombreux éminents virologues, le covid-19 pourrait circuler dans le monde pendant encore deux ans.

 

La diffusion atmosphérique par nébulisation à froid d’huiles essentielles connues pour leurs propriétés anti-infectieuses, immunitaires et respiratoires est une démarche de prévention d’autant plus importante en cette période de crise sanitaire, et d’autant plus nous le savons aujourd’hui qu’il s’agit d’un virus qui se propage par voie respiratoire (par air expiré, en parlant1). Elle permet d’assainir les lieux de vie et de créer un véritable « bouclier anti-viral » pour aider à protéger et  diminuer la contagiosité de la maladie.

 

La nébulisation à froid est la technologie la plus performante pour diffuser des huiles essentielles dans l’atmosphère tout en respectant l’intégralité de leurs principes actifs et en préservant ainsi toutes leurs qualités thérapeutiques.

Un moteur électrique actionne une pompe qui pulse de l’air dans le nébuliseur où se trouvent les huiles essentielles, des milliards de microparticules sont propulsées dans l’atmosphère, elles y demeurent en suspension, pénètrent efficacement dans le système respiratoire, purifient l’atmosphère, mais également les sols, et toute surface où elles se déposent.

 

Durant cette crise sanitaire, il est conseillé de nébuliser PROTEGO Protection hivernale, une synergie d’huiles essentielles anti-infectieuses majeures, 10 minutes de diffusion trois fois par jour 2 :

 

Mandravasarotra (Saro) Cinnamosma fragrans

La traduction littérale du mot malgache «mandravasarotra» est : plante qui écarte tous les problèmes et guérit tous les maux. Par sa composition, l'huile essentielle de Mandravasarotra (ou Saro) est très proche du Ravintsara (Cinnamomum camphora). Huile essentielle respiratoire par excellence, elle est exceptionnelle en période hivernale en prévention des épidémies, en cas de coup de froid. Tonique, l'huile essentielle de Saro est traditionnellement utilisée pour assainir l’atmosphère, stimuler les défenses naturelles.

 

Ravintsara Cinnamomum camphora

L’huile essentielle de Ravintsara est probablement l’un des plus puissants antiviraux naturels connus à ce jour. En 2003, les travaux de Jassim et Naji ont démontré son action à la fois sur l’inhibition de la formation des acides nucléiques viraux (ADN et ARN) ainsi que sur l’inhibition de la réplication virale. L’année suivante Wang, Wei et Liu ont tiré des conclusions identiques mais ont également constaté que la superoxyde dismutase du Ravintsara protège la cellule du stress oxydatif. Son activité antivirale est donc doublée d’un renforcement des défenses immunitaires.

 

Tea-tree (Arbre à thé) Melaleuca alternifolia

Le Tea-tree est un anti-infectieux extraordinaire. Mycoses, bactéries, virus… Rien ne lui résiste ! Cette huile essentielle antibactérienne à large spectre, antivirale, antimycosique, antiparasite, est incontournable pour assainir en période de pandémie. Il est conseillé de l’utiliser au quotidien, quelques gouttes mélangées dans la lessive, dans le savon noir pour le lavage des sols, dans de l’alcool à 70% ou du vinaigre blanc pour nettoyer les surfaces, les toilettes, etc.

 

Eucalyptus radié Eucalyptus radiata

Majoritairement composée de 1,8-cinéole, molécule qui possède une activité mucolytique (qui fluidifie le mucus) et expectorante (qui augmente l'expulsion du mucus) puissante, l’huile essentielle d’Eucalyptus radié est très efficace contre tous les problèmes ORL comme le rhume, la sinusite, l'angine, la bronchite ou tout simplement la toux.

 

Citron zeste Citrus limon

L’essence issue du zeste du Citron est un excellent antiseptique aérien. En préventif et en curatif, elle est très active pour lutter contre les infections virales ou bactériennes, elle est préconisée en diffusion atmosphérique pour assainir l’air et prévenir les épidémies, et possède une note fruitée et une fraîcheur très agréables.

 

Je reste à votre disposition pour toute information.

Portez-vous bien.

 

Sylvie Rabasa

sylvie.rabasa@aromage.fr

aromage.fr

05 56 57 01 39

 

Étude publiée mardi 17 mars 2020 par la prestigieuse revue médicale américaine NEJM.

Anthony Fauci immunologiste américain, directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses, un centre de recherche du Ministère américain de la Santé, avance l’idée que le Covid-19 puisse circuler dans l’air. Il évoque une étude, menée dans l’État du Nebraska. Les scientifiques ont examiné l’air dans des chambres de malades. Ils ont retrouvé de l’ARN viral, en gros la carte d’identité du virus, à plus de deux mètres des patients.

Lors d’une étude parue dans la revue médicale New England Journal of Medicine, les chercheurs ont utilisé une sorte de brumisateur pour pulvériser le virus dans l’air, des particules extrêmement fines, bien plus petites qu’un postillon. C’est ce qu’on appelle la forme aérosol. Résultat, ils ont retrouvé 3 heures après certaines de ces particules en suspension, dans l’air, avec encore un peu de charge virale.

 

2 Pour éviter de saturer l’atmosphère, respectez ce temps de diffusion. La synergie PROTEGO Protection hivernale contenant des huiles essentielles riches en oxydes terpéniques (Mandravasarotra, Ravintsara, Eucalyptus radié), il est conseillé de la diffuser en évitant la présence de personnes vulnérables, épileptiques ou souffrant de troubles neurologiques graves, de femmes enceintes et d’enfants.

 

Ces conseils n’ont évidemment pas pour ambition de guérir les personnes atteintes par le Covid-19, mais de limiter la propagation de ce virus par une méthode de prévention simple, naturelle et efficace.

Leur but n’est pas de remplacer un traitement médicamenteux. Ils ne se substituent en rien à un diagnostic médical, à un dépistage, à une consultation médicale, ni aux consignes des autorités sanitaires. Ils sont complémentaires et non alternatifs.

LA DIFFUSION D'HUILES ESSENTIELLES : UN OUTIL DE PRÉVENTION INCONTOURNABLE EN EHPAD !
Partager cet article
Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 13:50
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 13:52
FORMATION EN AROMATHÉRAPIE CLINIQUE EN EHPAD

Les 9 et 10 septembre, AROMÂGE Formation dispensait une initiation à l’aromathérapie clinique au personnel de l’HEPAD de La Porte d’Aquitaine de La Roche-Chalais.
Cette formation pratique et opérationnelle avait pour but de poser des connaissances fondamentales en aromathérapie, mais aussi grâce à l’étude de nombreux cas pratiques, d’initier les apprenants à la formulation de mélanges aromatiques visant à améliorer la qualité de vie des personnes âgées.
Tous mes remerciements à l’équipe pour sa présence chaleureuse et pour la qualité de son écoute.

 

Sylvie Rabasa

sylvie.rabasa@aromage.fr

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 13:20
AROMÂGE FORMATION EST DATADOCKÉ !

Datadock est le nom de la base de données créée par les financeurs publics (OPCO, OPACIF…) qui ont publiés une liste commune de 21 indicateurs permettant de valider le respect par les organismes de formation de six critères fixés par le décret n°2015-790 du 30 juin 2015 (envigueur depuis le 1er janvier 2017) relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue.

 

La déclaration de l’organisme de formation AROMÂGE Formation a été examinée et validée par Datadock. L’ensemble de nos formations est donc référençable par les financeurs de la formation professionnelle.

 

Sylvie Rabasa

sylvie.rabasa@aromage.fr

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 16:57
AROMÂGE, l’HUMAIN AU COEUR DU SOIN

L'Atelier des Aidants : Sylvie Rabasa, vous dirigez AROMÂGE depuis maintenant plus de trois, qu'est-ce qui a été à l'origine de la création de cette entreprise ?

Sylvie Rabasa : J'étais spécialiste en aromathérapie depuis des années déjà lorsque, par un concours de circonstances, je suis entrée dans une maison de retraite. 

A mon arrivée, j'ai été bouleversée car je découvrais le grand âge et la dépendance. Mais plus je traversais l'établissement, et plus m'apparaissait ce qui pourrait être mis en place pour améliorer la qualité de vie des résidents. 

J'ai ressenti que tout ce que j'avais appris durant toutes ces années pourrait véritablement trouver du sens ici, être véritablement utile, en apportant de la douceur, du réconfort, du partage, de la joie. 

Bien entendu, il fallait que je crée des produits 100 % naturels, formulés pour les personnes vulnérables, et un aspect fondamental, qu'ils soient pensés dans la perspective des soins de nursing.

AROMÂGE a vu le jour après un gros travail de recherche, pour identifier et se rapprocher de producteurs d'huiles essentielles BIO d'une traçabilité irréprochable, pour formuler des produits très nutritifs qui s'intégrent avec simplicité dans le quotidien des établissements, et pour élaborer des procédures innovantes qui facilitent l'utilisation des huiles essentielles.

 

L'Atelier des Aidants : Quels sont les domaines d'action des huiles essentielles ?

Sylvie Rabasa : Les huiles essentielles sont de véritables concentrés de vie, elles agissent sur la globalité de la personne, via son environnement, son corps et sa psyché.

Par exemple, en cette saison, la diffusion atmosphérique d'huiles essentielles à visée respiratoire et anti-infectieuse, permet d'assainir l'air, de renforcer le système immunitaire, de créer un véritable bouclier anti-viral en prévention des épidémies hivernales.

Que ce soit dans un établissement ou à la maison, la diffusion atmosphérique est bien souvent la porte d'entrée de l'aromathérapie. C'est extrèmement simple à mettre en place, d'autant plus aujourd'hui où l'on dispose d'une nouvelle génération de nébuliseurs sur lesquels on peut intègrer directement le flacon d'un complexe aromatique prêt-à-l'emploi.

Les odeurs de la maladie notamment lièes à la prolifération bactérienne sont un sujet récurrent de plainte des soignants, mais aussi des aidants. Il n'est pas rare que même bien après le décés, et bien que la chambre ait été nettoyée de fond en comble, l'odeur des derniers jours restent en suspens dans le sol, dans les murs, dans les rideaux pourtant lavés et relavés. La micro-diffusion d'huiles essentielles par nébulisation à froid permet de purifier la pièce en assainissant non seulement l'air, mais aussi les surfaces et les voilages.

De même, la diffusion d'huiles essentielles à visée psycho-émotionnelle, va permettre d'agir sur les troubles du sommeil, sur le stress, l'anxiété, sur la perte d'appétit, les troubles de la mémoire, et de créer un décor olfactif agréable, positivant.

Une étude faite en collaboration avec une directrice EHPAD et ses équipes de soins à permis de révéler une baisse conséquente de la prise médicamenteuse, grâce à l'utilisation des huiles essentielles, via la diffusion atmosphérique, mais aussi les applications cutanées, les massages, les bains.

Nous développons des mélanges aromatiques qui aident à améliorer le confort articulaire, musculaire, circulatoire, digestif, respiratoire, la prévention des escarres, l'hydratation et la régénération de la peau, des huiles de massages qui favorisent une détente physique et psycho-émotionnelle.

 

L'Atelier des Aidants : Concrètement, où et à quel moment de la journée peut-on utiliser les huiles essentielles ?

Sylvie Rabasa : Que ce soit à la maison lorsqu'on accompagne un proche, ou dans le quotidien d'un EHPAD, vous pouvez utiliser les huiles essentielles du lever au coucher.

Par exemple, le matin après avoir aéré et nettoyé la chambre, changé les draps, et pendant que la personne est dans la salle de bains, vous laissez diffuser un mélange agréable, léger et assainissant comme notre complexe « bon humeur » FELIX VITA, un mélange d'huiles essentielles de Pamplemousse, de Bergamote et de Patchouli.

Pendant ce temps, vous aidez la personne à faire sa toilette, vous hydratez sa peau, vous finissez par un soin en vaporisant une brume d'eau de Rose de damas sur son visage et en le massant tout en douceur avec quelques gouttes d'huile de Rose Musquée. 

Ce sont aussi ces temps d'échange et de partage qui sont au coeur des soins au naturel, être touché, être regardé, se sentir protégé, se sentir considéré, aimé, vivant.

 

 

L'Atelier des Aidants

22 Octobre 2018

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 09:19

L’accompagnement des personnes âgées, et notamment celles souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, nécessite une réflexion permanente des équipes de soins sur les pratiques professionnelles pour mettre en place une démarche bientraitante. 

 

La bientraitance des personnes âgées passe avant tout par la reconnaissance des personnes en tant que telles, par le respect et par le souci de leur bien-être et de leur épanouissement. 

L’aromathérapie, qui prend en compte la personne dans sa globalité, a toute sa place dans les bonnes pratiques de soins. Elle permet d’agir de manière préventive ou curative dans bon nombre de troubles comme le stress, les douleurs articulaires ou musculaires, la digestion, le sommeil, la mémoire, les épidémies hivernales, etc.  

Ouvrage remis gracieusement aux établissements partenaires d’AROMÂGE.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 10:34

Je souhaitais partager avec vous ce très beau texte de Christophe Peiffer publié sur le site www.aide-soignant.com qui parle de l'importance du regard dans la relation de soin.

J’ai participé récemment au Salon Santé Autonomie, et ce qui m’a le plus interpellé dans tout ce qui était présenté aux visiteurs, c’est l’absence d’Humain.

La plupart des stands proposaient du numérique, de la technologie, du matériel en tout genre, et même... des robots au « regard empathique ».

Certes, la technologie est très utile lorsqu'elle permet de faciliter le quotidien des soignants, de préserver leur corps, et de libérer du temps qui est rendu avantageusement aux patients. Mais sincèrement, aucun Nono le petit robot, aussi « mignon » soit-il, et quelque soit l'avancée de sa technologie, ne possède la Sensibilité, la Présence d'un être humain.

S’il semble que certains robots peuvent « verbaliser », peut-on dire qu’ils établissent « une relation verbale » ? C’est d’autant plus important avec les personnes âgées, et spécifiquement celles qui sont atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une démence connexe, pour lesquelles la relation corporelle et sensorielle est primordiale. Ces personnes ont besoin qu'on accroche leur regard, qu'on les touche, qu'on les effleure pour qu'elles puissent entrer en relation avec nous. 

 

À la croisée des mondes

Je pense ne rien vous apprendre en avançant que le métier d’infirmier (pour mémo ma formation et profession initiale) est composé d’une part non négligeable (mais parfois négligée) de relations humaines et de communication. Les notions et regards que je porte sur ces domaines qui me sont chers peuvent facilement être transposés d’un univers professionnel à un autre, que ce soit dans le monde de l’entreprise (que je côtoie actuellement), dans les services de soins (que j’ai côtoyés pendant une dizaine d’années) ou aux domiciles des patients (que je fréquente encore), le dénominateur commun de ces différents mondes est bel et bien l’Humain qui les compose et avec lui toute la richesse et la complexité de ses rapports aux autres, à lui-même et à l’environnement qui l’entoure.

Mais bon, assez blablaté sur cette nouvelle fenêtre qui s’ouvre sur le monde soignant, passons au sujet de cette semaine.

Quoi de mieux pour débuter une nouvelle aventure que de commencer par ce que je considère être la genèse de toute forme de relation, je pense à… un regard. Avant même le sourire (ou alors en même temps), avant même l’accueil inconditionnel (dont il fera quand même partie), avant même de dire bonjour, le regard est ce qui relie un soignant à un patient lors de leur première rencontre.

« Prendre juste conscience de l’impact que peut avoir notre regard porté sur un patient peut éviter bien des déconvenues de toute nature »

 

Un lien invisible… mais tellement palpable

Le regard est ce qui relie deux personnes qui l’échangent. Je vois cela comme une connexion au web, en wifi bien sûr. En effet, pour se connecter à un réseau existant, il faut que ce dernier soit avant tout visible et donc que nous ayons un “regard” sur lui. Une autre métaphore plus “écolo” me vient en écrivant . Ce lien qui se créé dès qu’un regard est échangé, est à la relation ce que la graine est à l’arbre : sa source de vie.

Bien sûr, il faudra arroser cette graine, entretenir la jeune pousse, prendre soin d’elle (car au début elle est fragile), lui fournir de temps en temps de l’engrais afin de renforcer ses racines et sa croissance, bref faire en sorte que l’arbre devienne beau, grand et fort.

Cela peut prendre du temps, mais le résultat sera au rendez-vous. Un arbre solide permet que l’on s’y appuie, que l’on s’y abrite. Certains donnent des fruits pour nous nourrir et nous rafraîchir, d’autres traversent les siècles et ne connaissent pas le temps qui passe, et surtout, tous nous fournissent l’oxygène nécessaire à notre survie.

Après ce petit délire métaphorique que j’affectionne particulièrement, revenons directement au sujet de ce billet, le regard. Imaginez tout ce qui peut passer en termes de messages implicites dans un regard, en fonction de sa nature, de son “style”. Comme nous le savons, le risque de la méthode implicite peut devenir source d’interprétation et de “montage de films intérieurs” de la part de celui qui reçoit le message. Regard franc, regard fuyant, regard agressif, regard bienveillant, regard timide, regard amoureux, regard furtif... Il y en a pléthore.

Tous ces qualificatifs sont bien entendu de l’ordre de l’interprétation. Un regard franc pour quelqu’un sera perçu comme agressif pour un autre. De même, un regard timide pour quelqu’un passera pour un regard fuyant pour un autre qui sera aussitôt targué de manquer de sincérité. Bref, c’est la confusion des genres.

Aussi, prendre juste conscience de l’impact que peut avoir notre regard porté sur un patient peut éviter bien des déconvenues de toute nature.

 

Le silence

Avant de clore ce billet, je souhaiterais partager avec vous ce qui me semble être la raison d’être d’un regard : le silence qui peut l’accompagner. Je ne vais pas revenir sur cette idée, mais plutôt vous montrer en quoi le silence et le regard sont liés. Vous avez peut-être entendu de la part de deux personnes très proches « relationnellement » parlant (un couple, une fratrie, de très bon(ne)s ami(e)s, des collègues de travail de longue date, etc.) un constat du genre: “Nous n’avons plus besoin de nous parler, un regard et ça suffit“.

Ce type de résultat me fait penser que la boucle est bouclée. La relation entre ces deux personnes s’est tellement bien développée que leur communication et leur compréhension l’un de l’autre passent uniquement par leur regard, nourrit lui-même par… le silence.

En tant que soignant, si la communication verbale est nécessaire d’un point de vue technique et logistique, je pense que ce qui se joue dans la relation soignant / soigné passe avant tout par la présence du soignant à l’instant où il est avec son patient. Et quoi de mieux qu’un regard porté avec bienveillance, accompagné d’un silence accueillant pour être dans le soin?

 

Christophe PEIFFER Infirmier libéral Consultant en relations humaines & communication chris.peiffer@ressourcia.com

 

Partager cet article
Repost0

Le blog de Sylvie R.

Des temps d'échange autour des huiles essentielles et du bien-être au naturel...

Recherche

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Pour éviter toute réaction dermique, toute intolérance ou allergie cutanée aux huiles essentielles, procédez toujours à un test dans le creux du coude avant d'appliquer un mélange aux huiles essentielles.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.