Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 05:00

 

Un niveau d'anxiété élevé avant l'opération et la capacité à amplifier une douleur sont deux facteurs associés au risque de survenue d'une douleur chronique après une intervention chirurgicale. Ces données incitent à évaluer ces paramètres avant toute opération.

 

Un état anxieux avant l’opération, la capacité à amplifier une douleur, mais également une douleur aiguë ressenti dans les jours suivant l’intervention, augmentent le risque de souffrir de douleur chronique trois mois après chirurgie, et ce, indépendamment de la nature de cette chirurgie. C’est ce que montre la dernière étude d’une équipe de l’Inserm qui s’intéresse aux déterminants de la douleur chronique.

 

Des facteurs de risque « invariants »

1-actu-anxiete

Il a déjà été établi que plusieurs paramètres affectifs, notamment l’anxiété et la d épression, sont des facteurs de risque de douleur chronique après une opération. Mais il n’était pas certain que cela soient valables quelle que soit la nature de la chirurgie. La valeur prédictive de ces facteurs 

n’avait en effet été démontrée que chez des patients souffrant  déjà avant l’intervention, par exemple chez des patients devant recevoir une prothèse en raison d’une arthrose douloureuse.

 

Nadine Attal et ses collègues* ont voulu identifier des facteurs de risque de douleur chronique post-opératoire valables quelle que soit l’intervention et le patient, c’est à dire des facteurs de risque pouvant être considérées comme « invariants ». Pour cela, les chercheurs ont concentré leurs travaux sur deux types d’opération très différentes : la pose de prothèse de genou qui concerne des personnes des deux sexes, plutôt âgées et souffrant d’arthrose chronique, et la mastectomie (ou l’ablation d’une tumeur mammaire) qui n’affecte quasiment que les femmes, souvent plus jeunes et sans douleur préopératoire dans cette étude...

 

 

Lire la suite

Inserm

Partager cet article

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Communiqués
commenter cet article

commentaires

Chlorophylle 10/07/2013 15:16

L'homéopathie, à condition qu'elle soit adaptée à chaque cas, peut grandement aider à se détendre, à limiter les effets néfastes du stress. Par exemple, Gelsemium convient à des personnes qui
connaissent le trac, tremblent (même si le tremblement n'est pas visible de l'extérieur). Suite à la période de tremblements, elles se sentent apathiques à l'égard de leur propre maladie, ont
souvent des vertiges des lourdeurs de tête. Ce sont des personnes hypersensibles, émotives, qui désirent être tranquilles, mais craignent la solitude. Craintives, elles redoutent la mort, la foule,
les grands espaces et ont souvent peur de tomber. Avant une opération, on peut leur conseiller ce remède "en échelle" : 9CH : un quart de dose trois jours avant ; 12CH : un quart de dose deux jours
avant ; 15 CH : un quart de dose la veille de l'opération. Idem pour un examen important (le permis de conduire par exemple)...
Évidemment, ce n'est pas le seul remède susceptible d'aider à la détente ; c'est un des plus utilisés... Encore une fois, l'idéal est d'individualiser le traitement.

Sylvie 13/07/2013 18:07



De bien précieux conseils. Merci infiniment. Très belle fin de journée !



Le blog de Sylvie Rabasa

Des petites leçons d'aroma au jour le jour, pour accueillir, apaiser, soulager, s'ouvrir à un champ de conscience qui nous relie à l'autre, donner de la joie, de la beauté, prendre soin, pour vivre ensemble et vivre mieux.

Recherche

Ebook gratuit enfin disponible !

ebook

 

Abréviations

HE : huile essentielle
ESS : essence
HV : huile végétale
MH : mâcérat huileux
HA : hydrolat aromatique ou eau florale
EF : élixir floral
EP : extrait de plante
PF : plante fraîche
PS : plante sèche 

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application. 

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale. 

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.