Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 07:15

 

Lorsque l’on distille des plantes pour leurs vertus thérapeutiques, il est impératif d’identifier l’espèce botanique et l’identité biochimique de chaque huile essentielle.

Connaître la composition chimique d’une huile essentielle permet de définir son activité thérapeutique et de réduire les risques liés à la toxicité de certains de ses composants.

Le chémotype apporte une indication très précieuse sur la composition des molécules aromatiques, et en cela sur son orientation thérapeutique.

Prenons l’exemple du Romarin (Rosmarinus officinalis) dont la composition biochimique peut varier de façon sensible suivant le lieu de la cueillette.

 

Le Romarin du Maroc est caractérisé par la présence d’une molécule aromatique, le 1.8 cinéole. Cette spécificité biochimique du Romarin 1.8 cinéole (Romarinus officinalis cinéoliferum) explique son efficacité dans le dégagement des voies respiratoires hautes.

 

Les pieds de Romarin qui poussent dans la garrigue française nous fournissent, quant à eux, une huile essentielle riche en camphre, efficace notamment dans les infections des voies respiratoires basses, ainsi que pour son action neuromusculaire. Cette molécule pouvant être toxique, l’utilisation du Romarin à camphre (Romarinus officinalis camphoriferum) doit cependant se faire avec prudence.

 

Lorsque l’on distille le Romarin en provenance de Corse et d’Espagne, on obtient une huile essentielle contenant en quantité moindre le 1.8 cinéole et le camphre, mais d’autres molécules utiles, notamment l’acétate de bornyle et le verbénone. Ce dernier donne à l’huile essentielle de Romarin à Verbénone (Rosmarinus officinalis verbenoniferum) ses excellentes vertus en tant que stimulant de la sphère hépato-biliaire.

romarin-he.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le blog de Sylvie Rabasa

Des petites leçons d'aroma au jour le jour, pour accueillir, apaiser, soulager, s'ouvrir à un champ de conscience qui nous relie à l'autre, donner de la joie, de la beauté, prendre soin, pour vivre ensemble et vivre mieux.

Recherche

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Pour éviter toute réaction dermique, toute intolérance ou allergie cutanée aux huiles essentielles, procédez toujours à un test dans le creux du coude avant d'appliquer un mélange aux huiles essentielles.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.