Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 05:00

 

"Comment allez-vous ?" Savez-vous que cette expression de salutation remonte à la fin du Moyen- âge et qu'il s'agit d'un raccourci de "Comment allez vous à la selle ?" A l'époque, il était semble-t-il de bon ton de se soucier de l'état de santé des intestins de son interlocuteur.


C'est ainsi qu'Yvan Wemaërepraticien certifié en Chi Nei Tsang, commença sa conférence* sur "Le second cerveau", le petit cerveau de nos entrailles, entendez par là notre système digestif. Un réseau souvent trop négligé de plus de 200 millions de neurones, de neurotransmetteurs, de protéïnes qui forment un système nerveux possédant des capacités comparables à celles du cerveau. Certaines substances telles que la sérotonine (95% de l'hormone de la joie de vivre!), la mélatonine (l'hormone du sommeil), ou même la dopamine (un neurotransmetteur indispensable dans le contrôle des mouvements du corps et qui se dégrade notamment dans la maladie de Parkinson) sont sécrétées par les cellules nerveuses du système digestif. 

 

Les études scientifiques ne cessent de démontrer l’étroite liaison entre notre cerveau et notre abdomen, à tel point que nous pouvons qualifier ce dernier de "second cerveau".

Dans son livre, "The second Brain" paru en décembre 1999, Michael Gershon, professeur au Département d’Anatomie et Biologie Cellulaire de l’Université de Colombia aux Etats-Unis, montre à quel point la prise en compte du rôle du cerveau du ventre est importante. Il y expose le cerveau intestinal en rassemblant les découvertes d’autres chercheurs britanniques et américains. 
Selon l’embryologie, les cellules nerveuses de l’intestin proviennent du même feuillet embryonnaire que celles du cerveau. A un moment donné du développement de l’embryon, des cellules nerveuses se séparent du cerveau principal pour migrer dans le ventre et former un Système Nerveux Entérique (SNE), dont l’étude du fonctionnement a aujourd’hui donné naissance à une nouvelle discipline : la neuro-gastro-entérologie. 


Le Chi Nei Tsang, littéralement "travailler l'énergie des organes internes", est originaire de la vieille Chine taoïste. Cette pratique thérapeuthique consiste en un massage des organes internes de l'abdomen, et permet d'harmoniser notre cerveau entérique avec notre cerveau supérieur. 

Ce massage profond du ventre permet de renforcer tous les systèmes vitaux du corps, digestif bien sûr, mais aussi circulatoire et lymphatique, respiratoire ou cardio-vasculaire, et de stimuler l'immunité globale. 

Le grand intérêt du Chi Nei Tsang c'est aussi et surtout de libérer le corps des tensions qui s'y accumulent en facilitant la "digestion émotionnelle". Chaque "organe-entraille" est doté d'une énergie spécifique, ce soin énergétique permet de purger les charges émotionnelles qui s'y sont accumulées. 

 

Pour tout vous dire, je vous relaie cette information car j'ai testé le Chi Nei Tsang, et en une seule séance avec ce praticien, j'ai obtenu des résultats confondantsIl m'a donc semblé que certains d'entre vous pourraient être intéressés par cette pratique qui étrangement n'est pas très répandue


Je navigue depuis des années dans le "milieu" de la médecine naturelle, et vous le savez on y trouve de tout... Entre ceux "qui décodent les maladies dans les auras", ceux qui sont accompagnés de maîtres ascencionnés, les canaux de lumière divine en tout genre... Fuyez-les ! 

Je sais que quand on va mal, quand on a mal, on est parfois prêt à croire à n'importe quoi, à se raccrocher à n'importe qui. Mais pour vous aider à guérir, vous avez besoin de belles personnes, de personnes authentiques, pas de charlatans.

 

ventre

 

* Conférence du vendredi 4 octobre 2013, Librairie Pégase, Bordeaux.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article

commentaires

olivier R 12/10/2013 16:26

Bonjour Sylvie
merci pour cet article super intéressant du massage viscéral
aurais tu des infos et contacts de formation ?
je t'embrasse
Olivier

Sylvie 13/10/2013 14:31



Bonjour Olivier,


Linstitut de Gilles Marin propose des formations


http://chineitsang.marin.free.fr


l'idéal serait d'être formé par Gilles Marin lui-même..... Si tu veux des informations sur cette pratique, j'ai également mis un lien vers Yvan Wemaere.


Bonne journée !


Bises


 



jac 11/10/2013 09:28

Merci ! merci beaucoup ; il reste mon massage préféré et j'ai envie de faire une formation tant je suis convaincue !

Sylvie 11/10/2013 10:02



Comme je vous rejoins Jac !!!!! Je penses aussi sérieusement à me former à cette pratique (dans l'école de
Gilles Marin avec laquelle j'ai fait un lien). Bonne journée !



Le blog de Sylvie Rabasa

Des petites leçons d'aroma au jour le jour, pour accueillir, apaiser, soulager, s'ouvrir à un champ de conscience qui nous relie à l'autre, donner de la joie, de la beauté, prendre soin, pour vivre ensemble et vivre mieux.

Recherche

Ebook gratuit enfin disponible !

ebook

 

Abréviations

HE : huile essentielle
ESS : essence
HV : huile végétale
MH : mâcérat huileux
HA : hydrolat aromatique ou eau florale
EF : élixir floral
EP : extrait de plante
PF : plante fraîche
PS : plante sèche 

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application. 

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale. 

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.