Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 06:00

 

L'hiver est le temps de la vie "en dedans". Cette attente est créatrice, elle contient déjà le germe du nouveau, le grain de l'enthousiasme et de l'action à venir. Dans quelques semaines, comme un flocon de neige qui vient se poser en silence, posons aussi notre corps et notre esprit, mettons-nous en sommeil, vivons le quotidien sans qu'il ne nous happe et nous oppresse. Remettons les décisions importantes à plus tard et laissons opérer la magie de l'instant vécu. C'est une attitude pleinement responsable que d'oser arrêter la course effrénée et la vie tellement tumultueuse que nous menons si souvent.

 

 

Les remèdes de l'hiver

L'énergie du rein

En hiver, le froid affaiblit le méridien du rein et les glandes surrénales, gardiennes de notre système immunitaire. Tous les gestes naturels et simples visant à réchauffer notre corps sont donc les bienvenus pour que nous traversions cette saison en toute sérénité.

Une règle d'or : se coucher tôt et éviter les efforts intensifs. Prendre du recul, se tenir à l'écart des conflits, prendre soin de notre énergie vitale. Les fonctions de la vessie, le système osseux, les lombaires, les oreilles, les organes génitaux sont plus fragiles en hiver. Attention aux lombalgies, douleurs articulaires, infections urinaires et gynécologiques, mais également à la tendance dépressive et à la fatigue récurrente. Buvez des infusions qui tonifient cette énergie des reins : cassis, églantier, bourgeons de pin.

C'est le moment de préparer vos vins médicinaux et de les consommer avec modération ! Vin de gentiane, vin de quinquina ou d'orange amère, vin médiéval à base de cannelle, gingembre, girofle et cardamone.

 

L'hiver et les troubles de la circulation

L'été et la chaleur sont souvent responsables de la sensation de jambes lourdes ou gonflées mais le froid hivernal peut aussi causer des sensations désagréables : mains et pieds froids, doigts blancs avec impression d'engourdissement. Ce que l'on appelle dans les cas sévères le syndrome de Reynaud est ce trouble de la circulation du sang dans les extrémités dû au froid, souvent de novembre à février. Une bonne prévention consistera à favoriser l'irrigation périphérique.

Notre conseil : prendre des extraits fluides de cassis, d'églantier, de cyprès, d'eleuthérocoque ou de chrysantellum americanum.

Posologie : 40 gouttes du mélange en extraits fluides 2 fois par jour avant les repas dans de l'eau 3 semaines par mois.

En cas d'engelures, on massera la partie atteinte avec une huile de massage composée de 10% d'huile essentielle de céleri dans de l'huile d'olive ou d'arnica 2 à 3 fois par jour, le tout accompagné de bains de pieds ou de mains de 10 minutes à base de vigne rouge.

 

Le dessèchement cutané

Autre conséquence du froid hivernal : le dessèchement cutané et l'apparition de gerçures et de crevasses. Une solution : la traditionnelle huile de foie de morue, riche en vitamine A et D. Elle se présente sous forme de capsules ce qui évite le goût désagréable. On complètera par la consommation d'acides gras oméga 3-7-9. Ces nutriments contenus dans les baies d'argousier ont une action protectrice, restauratrice, hydratante avec des effets bénéfiques sur la peau et les muqueuses.

Notre conseil : Super Oméga 3-7-9 plus vitamine D3 (Laboratoire Solaray) ou Huile de foie de morue (Laboratoires Solgar). En usage externe, on appliquera sur les zones sensibles le traditionnel Baume de Saint-Hugon ou le Baume au souci de Maria.

 


La vitamine D

Bien qu'elle soit synthétisée sous l'action des rayons ultraviolets B du soleil en été, nos réserves s'épuisent dès la fin de l'automne. En hiver, de nombreuses personnes présentent un déficit important en vitamine D et sont donc plus sensibles aux infections hivernales et fractures. La plupart des français passent 6 mois de l'année en déficit total de vitamine D. Une étude réalisée en région Rhône-Alpes et en Gironde en février et avril 2009 auprès de 281 hommes âgés de 19 à 59 ans a trouvé que 94% d'entre eux manquaient de vitamine D dont 27% en déficit sévère.

Les aliments qui renferment de la vitamine D sont peu nombreux à l'exception des poissons gras (saumon, maquereau, hareng, sardine). Vous pouvez trouver 2 formes de vitamine D : la vitamine D3 (cholécalciférol) qui est extraite du foie des poissons et la vitamine D2 (ergocalciférol) qui est obtenue en exposant des champignons aux ultraviolets.

Notre conseil : Vitamine D3 (Laboratoire Svitall Plus) ou Vitamine Végétale Ultra D-SIUM (Laboratoire Holistica). Ce sont des compléments alimentaires ne se substituant pas à une alimentation variée et équilibrée, à un mode de vie sain, ni à un suivi médical.

 

 

Les plantes pour un hiver serein

L'échinacéa

Le remède de choix pour favoriser la résistance de l'organisme et stimuler les défenses naturelles. A utiliser par cures régulières tout au long de l'hiver (20 jours de suite puis un arrêt d'une semaine avant reprise), ou à utiliser dès les premières manifestations : refroidissement, état grippal ou infectieux.

Notre conseil : Echin'activ (Laboratoire Vecteur santé) sous forme de gélules. L'échinacée y est associée à la précieuse vitamine C naturelle, issue de l'acérola ainsi qu'au champignon Shitaké qui contient pratiquement tous les acides aminés indispensables et une substance, le lentinan, aux vertus immunostimulantes et antivirales. La vitamine C améliore la résistance aux infections bactériennes et virales. C'est un puissant anti-oxydant. Dose conseillée en prévention : 3 gélules le matin pendant 3 semaines.

 

Le pin sylvestre

L'arbre pour réchauffer l'organisme et traiter les affections hivernales. A consommer en tisane, sous forme de bourgeons ou d'hydrolat (forme liquide sans alcool) pour chasser rhumes, rhinites, soulager la toux. Le pin sylvestre joue un rôle important pour prévenir la fatigue hyvernale, fatigue nerveuse avec déprime, manque d'énergie le matin et sommeil non réparateur.

Notre conseil La tisane d'hiver : pin, surreau, gingembre, serpolet, églantier et cannelle ou encore la tisane Confort des bronches : pin, coquelicot, bouillon blanc, lavande et eucalyptus. L'harmonisant de saison Tonifluid (pin, sauge, cassis, gentiane, romarin) sous forme liquide, 1 cuillérée à café matin et midi avant les repas. Pour tous ceux qui souffrent d'allergie saisonnière au printemps, il est recommandé dès maintenant d'équilibrer l'énergie Rein-Vessie avant la cure dépurative de printemps, avec le Tonifluid.

 

La bourrache

C'est le remède traditionnel pour soigner fièvres, refroidissements, bronchites, toux sous forme d'infusion. Notons également ses propriétés adoucissantes (maux de gorge), légèrement laxatives, anti-rhumatismales. La bourrache est une plante indiquée en hiver mais elle fait aussi le lien avec la saison suivante du printemps grâce à ses vertus dépuratives. Voici un excellent mélange à boire pour la fin de l'hiver et le début du printemps, en infusion : bourrache, sureau, serpolet sarriette et primevère.

 

Le temps de cet hiver, faisons du feu dans notre coeur. Réchauffons nos pensées, protégeons nos pensées, protégeons nos espoirs et ré-enchentons nos vies !

 

 

Béatrice Corjon
Herboristerie Corjon à Grenoble 

Sacrée Planète N° 61 (Décembre 2013 - Janvier 2014)


SPMAG061.jpg 
Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 21:00

 

Les fêtes de fin d'année sont l'occasion de bien des réjouissances, mais aussi de bien des excès... Et même si vous n'avez pas consommé beaucoup d'alcool, il est possible que des repas plus copieux qu'à l'accoutumé aient quelque peu surchargé votre organisme.


Pour détoxiner votre corps et votre mental de cet excédent alimentaire et émotionnel, hydratez-vous, aérez-vous, étirez-vous, méditez, marchez... Et surtout drainez votre foie !

Vous trouverez de nombreuses tisanes digestives et dépuratives du foie dans votre magasin bio, le plus souvent avec une saveur dominante mentholée, sur un fond anisé, car généralement à base de plantes sèches de Menthe, de Fenouil ou d'Anis.

Pensez à aromatiser ces infusions avec de l'essence de Citron zeste et/ou de l'huile essentielle de Romarin à verbénone, deux huiles du foie qui activent les fonctions digestives et hépato pancréatiques, ce qui permet une véritable détoxication.


Tisane digestive aromatique

Infusion digestive  1 tasse
ESS Citron zeste 1 goutte
HE Romarin à verbénone  1 goutte
Miel  1 cuilléré à café


Mélangez préalablement vos huiles dans le miel afin de permettre leur dilution dans votre infusion. Cette dernière ne doit pas excéder 40° pour préserver la qualité moléculaire de vos huiles.

Cette tisane est à boire de préférence en dehors des repas, en milieu de matinée, l'après-midi, et/ou au coucher*. 

 

tisane digestive

 

* Attention ! Pour un adulte, ne pas excédez 6 gouttes d'huile essentielle par jour.

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 06:00

      (Proverbe chinois)

 

4 pgk0s

Les moulins papillons de Salvador Dali

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Cogito ergo sum
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 23:00

 

La roue tourne... Une nouvelle année commence,

 remplie de bonnes résolutions et d’espérance.

Qu’elle rime, pour vous et vos proches,

avec sérénité, épanouissement et prospérité.

Tous mes vœux pour 2014.


Cathédrale de Troyes

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Communiqués
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:00

 

noel

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Communiqués
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 06:00

 

Selon une étude de l'Harvard Medical School, boire deux tasses de chocolat chaud par jour pendant un mois stimulerait la circulation du sang vers le cerveau.

Cet afflux sanguin permettrait de stimuler l'activité cérébrale et la mémoire chez les personnes âgées. Il permettrait même d'améliorer certaines déficiences cognitives, et de freiner la démence, dont la maladie d'alzheimer chez des personnes âgées atteintes de troubles de la circulation sanguine cérébrale.

Voilà une information qui ne va pas m'aider à résister aux inombrables tentations de Noël 

 

choco

 

Source : Farzaneh A. Sorond, Shelley Hurwitz, David H. Salat, Douglas N. Greve, Naomi D.L. Fisher : "Neurovascular coupling, cerebral white matter integrity, and response to cocoa in older people", étude publiée dans la revue Neurology le 7 août 2013.

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 16:21

 

La phytothérapie est d'une aide précieuse le soir pour aider à l'endormissement ou favoriser un sommeil plus calme, mais aussi dans la journée pour réduire l'anxiété et le stress peu propices à des nuits sereines.


De nombreuses plantes sont utilisées traditionnellement pour "réduire la nervosité notamment en cas de troubles du sommeil" comme le définit l'AFSSAPS dans le Cahier de l'Agence N°3, intitulé "Médicaments à base de plantes". Cette indication sous-entend une approche multifactorielle de la pathologie. Ainsi, certaines permettent une approche thérapeutique de fond, de type anxiolytique, d'autres gérant plus spécifiquement le sommeil.

Si dix-neuf plantes entrent dans cette indication, la Passiflore, la Valériane, l'Eschscholtzia, l'Aubépine et le Houblon sont les plus conseillées, deux d'entre elles sont à privilégier : la Passiflore et la Valériane.


PASSIFLORE2-copie-1.jpeg

La Passiflore (Passiflora incarnata L.)

La Passiflore est une liane grimpante qui peut atteindre plusieurs mètres. La plante est connue, outre pour ses propriétés thérapeutiques, pour arborer les symboles de la Passion du Christ, d'où son nom que l'on doit à Jacomo Bosio, un moine scolastique italien du début du 17ème siècle

Les filaments au centre sont censés représenter la couronne d'épines, d'autant plus qu'ils seraient au nombre de 72, précisément le nombre d'épines qui auraient orner la couronne du Christ. De son côté, avec ses trois styles, le pistil représenterait les trois clous utilisés pour sa crucifixion tandis que les cinq étamines teintées de rouge à la base symboliseraient les cinq plaies. Enfin, la feuille à la pointe aiguë représenterait la lance et sa face inférieure, marquée de taches rondes foncées, les 30 pièces d'argent que le perfide Judas reçut pour avoir trahi son maître.

 

De nombreux travaux pharmacologiques montrent une activité anxiolytique et sédative, soulignant ainsi l'intérêt de la Passiflore dans les traitements de fond pour réduire les états de nervosité et favoriser l'entrée dans le sommeil.

 

Parties aériennes séchées : infusez 2 gr à 3 gr, pendant 5 à 10 min, dans 150 ml d'eau bouillante. 

1 à 4 fois par jour en cas de tension nerveuse, agitation et irritabilité, et 30 à 60 minutes avant de se coucher en cas d'insomnie ou de troubles du sommeil.

 

Version aromatique du soir diluez dans votre tisane une goutte d'essence de Mandarine préalablement mélangée à une cuillérée à café de miel.


La Valériane (Valeriana officinalis L.)

Valeriana signifie «bien se porter». Cette grande herbe, qui peut atteindre 1,50m, possède de jolies fleurs, blanches ou roses, regroupées en inflorescences cymeuses. Mais c'est sa partie souterraine, rhizomes, racines et stolons, que l'on utilise traditionnellement dans la pharmacopée.

Au Moyen Âge, la célèbre abbesse et herboriste allemande Hildegarde de Bingen recommandait la valériane comme tranquillisant et somnifère.

De nombreux travaux pharmacologiques confirment ses écrits, en mettant en avant ses propriétés sédative et inductrice du sommeil.

Valériane

A ce jour, La Commission E, l'ESCOP et l'Organisation mondiale de la santé reconnaissent l'usage de la valériane pour traiter l'agitation nerveuse et l'anxiété ainsi que les troubles du sommeil qui en découlent.


Racine séchée infusez 2 gr à 3 gr, pendant 5 à 10 min, dans 150 ml d'eau bouillante.
Jusqu'à 5 fois par jour en cas de tension nerveuse, agitation et irritabilité, et 30 à 60 minutes avant de se coucher en cas d'insomnie ou de troubles du sommeil.

Version aromatique du soir diluez dans votre tisane une goutte d'huile essentielle de Marjolaine à coquilles préalablement mélangée à une cuillérée à café de miel.
Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 06:00

 

Le Prix International 2013 est attribué à Ogobara Doumbo, pour ses recherches sur le paludisme.

Ogobara Doumbo, médecin et chercheur, a fondé le Centre de formation et de recherche sur le paludisme, à Bamako. Élevé dans la médecine traditionnelle pratiquée par ses ancêtres dans un village dogon, il est à l’origine d’une nouvelle stratégie de prévention du paludisme recommandée par l’OMS : en administrant les antipaludéens au bon moment, cette stratégie permet de diminuer de 80 % la mortalité chez les enfants.

Inserm
Voir la vidéo


prix-international-pr-ogobara-doumbo reference

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Cogito ergo sum
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 06:00

 

L'Adansonia digitata est un des plus vieux et plus majestueux arbres d'Afrique, qui s'élance droit vers le ciel, et étend ses racines profondément dans la terre.

L'huile végétale de Baobab, issue de ses graines pressées, possèdent des propriétés émollientes et adoucissantes, qui la rende efficace pour réhydrater et régénérer les peaux sèches et gercées, protéger les fibres capillaires et le cuir chevelu, et renforcer les ongles cassants. Elle se révèle également très bénéfique en huile de massage.

 

Baobab.jpeg

 

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 09:30
Lavender 200-200

La plante si typique du sud de la France est attaquée par un virus transmis par une mini-cigale. La menace est si grande qu’un fonds de sauvegarde vient d’être créé.

Pour l’instant, elles sont au repos. Et ce n’est qu’au mois de juin, quand les premières chaleurs vont réchauffer les sols, que les larves de cicadelles sortiront de leur léthargie pour s’attaquer, par la racine, à leur plat favori : les lavandes.

Depuis des années, ces cigales miniatures provoquent des ravages dans les champs odorants de Provence en transmettant un agent pathogène présent dans la sève des plantes : le phytoplasme du stolbur. Entre 2007 et 2010, 50% des surfaces de lavande ont dépéri, victimes de cette microbactérie véhiculée par les cicadelles. La production a été quasiment divisée par trois depuis 2005.

Les professionnels peinent à trouver des solutions pour éradiquer cet ennemi qui a tendance à proliférer à cause du réchauffement climatique. Pour les aider, un fonds de sauvegarde de la lavande, financé par des organismes publics, vient donc d’être créé à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). « Nous avons du mal à produire suffisamment pour satisfaire les besoins du marché », reconnaît le directeur du Centre régional interprofessionnel d’expérimentation en plantes à parfum, aromatiques et médicinales (Crieppam), Eric Chaisse. Résultat : la Bulgarie a détrôné la France de son titre de no 1 mondial de la production de lavande.

 

L’argile blanche comme protection ?
Si la plante dépérit dans son berceau de Provence, c’est parce que le phytoplasme du stolbur s’agglutine dans ses vaisseaux, atrophie les flux de sa sève et finit par la faire mourir au bout de deux ou trois ans. Mais c’est la cicadelle qui est le vecteur de la maladie en se nourrissant au départ sur une lavande malade et en transmettant ensuite le virus d’une plante à l’autre. « Une fois devenues adultes, les cicadelles vont disséminer le virus à d’autres plantes et plus il fait chaud et sec, plus elles se développent », explique Eric Chaisse.

Lorsque les plantes commencent à se rabougrir, que la coloration des fleurs prend des teintes vert-jaune, il est trop tard. « Certains producteurs sont obligés d’arracher des cultures qui n’ont même pas deux ans », soupire Eric Chaisse. Propriétaire, à Simiane-la-Rotonde, d’une centaine d’hectares de lavande et de lavandin*, Benoît Cassan expérimente, comme d’autres producteurs, la pulvérisation d’argile blanche pour créer une barrière végétale entre la lavande et l’insecte.

« Les cicadelles sont difficiles à maîtriser car on ne parvient pas à tuer les larves dans le sol et on ne peut pas utiliser de pesticides car beaucoup d’apiculteurs amènent leurs ruches à proximité de nos champs pendant la floraison », explique Eric Chaisse. Le Crieppam accélère donc les recherches sur des variétés plus résistantes, en ayant notamment recours à des croisements génétiques. Sur certaines parcelles, les ingénieurs agronomes tentent même de réimplanter des lavandes saines, régénérées in vitro et assainies de toute maladie. 

 

Frédéric Mouchon
Le Parisien.fr

 

LAVANDULA.jpeg


* L’huile essentielle de lavande est destinée à la parfumerie et à l’aromathérapie, tandis que le lavandin est utilisé pour parfumer les savons et lessives. 

Repost 0
Publié par Sylvie - dans Articles
commenter cet article

Le blog de Sylvie Rabasa

Des petites leçons d'aroma au jour le jour, pour accueillir, apaiser, soulager, s'ouvrir à un champ de conscience qui nous relie à l'autre, donner de la joie, de la beauté, prendre soin, pour vivre ensemble et vivre mieux.

Recherche

Ebook gratuit enfin disponible !

ebook

 

Abréviations

HE : huile essentielle
ESS : essence
HV : huile végétale
MH : mâcérat huileux
HA : hydrolat aromatique ou eau florale
EF : élixir floral
EP : extrait de plante
PF : plante fraîche
PS : plante sèche 

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application. 

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale. 

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.