Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les différentes HE agissent remarquablement dans à peu près tous les domaines de la santé et de la maladie.

On peut néanmoins dégager un certain nombre de grandes propriétés d’où découlent les indications.

 

Les HE sont antibactériennes... 

Ce sont là leurs propriétés les mieux prouvées par la recherche scientifique moderne. La grande majorité des HE ont un pouvoir antimicrobien, voire anti-viral, mais certaines l’ont plus que d’autres.


Antibactérienne

Les molécules aromatiques possédant le coefficient antibactérien le plus élevé sont les phénols : carvacrol, thymol, eugénol.

Les monoterpénols – des alcools à 10 carbones – se situent juste après  : géraniol, linalol, citronnellol, thujanol, terpinéol, menthol. Par ailleurs, les monoterpénols stimulent les défenses naturelles.

Les aldéhydes manifestent une certaine puissance antibactérienne : néral, géraniale, citronnellal, cuminal.

Les cétones présentent un intérêt dans le traitement des états infectieux : verbénone, thuyone, cryptone, menthone, D. carvone, bornéone, fenchone.

L’aldéhyde cinnamique (Cannelle) possède une activité anti-infectieuse comparable aux phénols.

 
Antivirale

Les virus donnent lieu à des pathologies protéiformes (très variées) dont certaines posent des problèmes non résolubles aujourd’hui. Les réponses classiques à ces infections étant très limitées dans l’arsenal pharmaceutique, les huiles essentielles constituent une aubaine pour traiter ces fléaux infectieux. Plus d’une dizaine d’huiles essentielles ont des propriétés antivirales.

Les virus sont très sensibles aux molécules aromatiques et certaines pathologies virales graves se trouvent très nettement améliorées grâce à elles. De plus, les cellules saines des patients utilisant des HE, acquièrent une résistance toute particulière vis-à-vis de la pénétration virale.

On recourra aux HE à phénol et monoterpénol, en sachant que les phénols sont plus puissants mais à prescrire avec prudence.

Citons : Clous de girofle, Niaouli, Palmarosa, Ravensare, Ravintsara, Eucalyptus citronné,

Les monoterpénols ne présentent aucun effet secondaire.

 Les huiles essentielles parviennent au niveau cellulaire et participent à la destruction des agents pathogènes (microbes, champignons (mycoses), virus, toxines infectieuses) et à l’élimination des déchets du métabolisme, tout en respectant l’intégrité de la flore bénéfique (saprophyte). Les défenses immunitaires sont renforcées.

L’HE agit indistinctement sur tous les virus et c’est la raison pour laquelle il faut recommander l’emploi systématique dans toutes les affections virales : grippe, herpès, poliomyélite, sida, zona… vis-à-vis desquelles la médecine chimique se trouve encore à ce jour désarmée. Les aérosols pulmonaires constituent une voie de pénétration idéale, de même que les onctions cutanées et les bains aromatiques.

 
Antifongique

Les infections fongiques (mycoses) sont d’une actualité criante car les antibiotiques prescrits de manière abusive favorisent leur extension. Ici, on utilisera les mêmes groupes que ceux cités plus haut mais le traitement sera plus long. On ajoutera les alcools sesquiterpéniques et les lactones sesquiterpéniques. Par ailleurs, les mycoses (candida) ne se développent pas sur un terrain acide. Ainsi, il faut chercher à alcaliniser le terrain.

Parmi les HE antifongiques : Cannelle, Clou de girofle, Eucalyptus citronné, Géranium rosat , Niaouli, Palmarosa, Ravensare, Tagète, Romarin cinéole, Calophyllum ( huile végétale)

 

Antiparasitaire

Le groupe des phénols possède une action puissante contre les parasites. Les alcools mono terpéniques et les oxydes ont une action proche des précédentes. De même les cétones et les lactones (présentent une certaine toxicité).

Citons : Cannelle, Clous de girofle, Hélichryse, Niaouli, Ravensare.

 

Antiseptique

Les aldéhydes et les terpènes sont réputés pour leurs propriétés désinfectantes et antiseptiques et s’opposent à la prolifération des germes pathogènes. Alors que les hôpitaux sont confrontés à des problèmes insurmontables (maladies nosocomiales, légionellose), les HE sont efficaces. La désinfection des locaux, des salles de réanimation et des chambres de malades peut faire appel à la diffusion d’HE riches en alcools et oxydes terpéniques.

Eucalyptus radiata est très intéressant en période hivernale pour l’assainissement de l’air des habitations, des salles d’attente, des maisons de repos, … C’est l’HE la plus agréable à respirer. Son odeur est fine et aérienne. Attention cette HE est souvent rectifiée.

Citons d’autres HE : Cannelle, Eucalyptus citronné, Girofle, Ravensare, Romarin.

 
Insectifuge et insecticide

Le citronnellal de l’Eucalyptus citronné et de la Citronnelle.
Le camphre du Ravintsara et du Romarin  camphré.
L’eugénol du Clou de girofle et de la Cannelle feuilles.
L’aldéhyde cinnamique de l’écorce de Cannelle.

 

Les HE sont anti-inflammatoires

 

Cette propriété fait qu’elles sont très utilisées pour traiter les troubles articulaires inflammatoires, les bursites, les tendinites, les tennis-elbows…

Cette propriété sera ainsi plus appréciable dans le traitement de toutes les arthrites.

Par voie interne, les aldéhydes (citral, citronnellal, cuminal) sont doués de propriétés actives dans la lutte contre les états inflammatoires.

Citons : Eucalyptus citronné, wintergreen, Géranium rosat, Gingembre, Girofle, Katrafay, Lantanier, Poivre noir.

 

Propriétés à visée neurotrope

 

1 – Les HE sont analgésiques, antalgiques et anesthésiques

Parmi les HE les plus réputées pour ses actions antalgique et anti-inflammatoire, mentionnons plus particulièrement les HE suivantes : Eucalyptus citronné, Gingembre, Lavande vraie, Girofle, Katrafay, Lantanier, Poivre noir.

 

2 – Les HE sont calmantes et facilitent le sommeil

De nombreuses molécules présentent un grand intérêt pour favoriser la détente et le sommeil :

les aldéhydes terpéniques

les éthers et esters de Lavande, Ylang-ylang ;

les alcaloïdes terpéniques , le couple 1,8 cinéole et terpinéol du Ravensare facilitent grandement l’induction du sommeil.

Citons aussi :Géranium rosat, Lantanier, Ravintsara

 

3 – Les HE sont antispasmodiques

Leurs principales indications sont les spasmes des muscles lisses ou striés (gastro-intestinaux, respiratoires, cardiaques et gynécologiques).

Citons :  le Ravensare, l'Eucalyptus citronné, Géranium rosat, Hélichryse, Lantanier, Tagète, Ylang-Ylang.

Les esters, de charges négatives, ont une action antispasmodique plus nuancée.

Les acétates : les plus fréquents. ( Hélichryse )

Les benzoates : sédatifs et spasmolytiques, (Ylang-ylang).

 

Les HE et l’appareil cardio-circulatoire

 

1 – Phlébotonique et lymphotonique

Certaines molécules aromatiques sont actives sur le réseau veineux et lymphatique dont elles stimulent la circulation .

Les HE décongestionnantes prostatiques : Eucalyptus , Niaouli, Palmarosa, Poivre noir, Romarin.

 

2 – Hyperémiante

Certaines molécules aromatiques activent la circulation locale par leur action tissulaire irritante : les aldéhydes aromatiques de Cannelle, et les aldéhydes terpéniques .

 

3 – Hypotensive

Les aldéhydes (citrals), les coumarines et certains esters (Ylang-ylang) font chuter la tension artérielle.

HE hypotensives : Eucalyptus citronné,  Ylang-Ylang.

 

4 – Hypertensive

Les phénols et les alcools terpéniques augmentent la pression sanguine.

Citons :  les Clous de girofle, Katrafay, Ravintsara, Poivre noir.

 

5 – Anticoagulante, fibrinolytique et antihématome

Les coumarines de certaines HE et les bêta-diones de l’Hélichryse sont très actives pour éviter ou résorber les hématomes

 

6 – Hémostatique

Les composés sesqui- et diterpéniques du Géranium  arrêtent instantanément un grand nombre d’hémorragies. Mais il faut surtout citer l' Hélichryse (Immortelle) qui a la plus puissante activité antihématome (à appliquer avant la chirurgie).

 

7 – Anti-arythmique

Certains esters (acétate de bornyle de l’Ylang-ylang) sont de bons régulateurs cardiaques.

 

Propriétés anticatarrhales

 

1 – Expectorante

Utilisées depuis longtemps, les HE riches en 1,8 cinéol (oxyde) sont très actives (Eucalyptus globulus et citronné,  Ravintsara, Romarin ), car elles stimulent les glandes bronchiques et mobilisent les cils de la muqueuse bronchique.

Autres HE :  Ravensare aromatique et Niaouli.

 

2 – Mucolytique

L’expectoration et la dissolution des sécrétions accumulées au niveau des revêtements muqueux permettent d'attaquer les germes pathogènes réfugiés dans leur trame. Les molécules cétoniques et lactoniques donnent le moyen d’y parvenir (verbénone, thuyone, carvone, cryptone, menthone, pipéritone, pino-camphone). Leur emploi nécessitera cependant la plus grande prudence à cause de leur toxicité :

Citons :Hélichryse, Eucalyptus ,Ravensare,  Romarin .

 

Propriétés endocrino-régulatrices

 

Les HE exercent une action régulatrice sur l’ensemble des glandes endocriniennes de l’organisme. Les médicaments "officiels" ont le plus souvent une action spécifique et mal dosée.

La plupart des HE sont capables d’exercer une action globale et positive sur tout l’organisme. En même temps, elles désintoxiquent, régularisent et stimulent chaque organe. L’aromathérapie est donc une médecine équilibrante et préventive de premier ordre.

Les HE sont capables d’une action spécifique sur les divers organes et fonctions du corps. Quand il s’agit d’obtenir une action plus directe et plus rapide sur un organe ou une fonction en particulier, les HE remplissent ce défi.

On peut citer: Niaouli, Ravensare

 

Les HE sont tonifiantes

 

En diffusion, en inhalation ou en usage interne, plusieurs HE sont des toniques de l’humeur et de la vitalité générale..

Parmi les HE, qui tonifient le système nerveux : Poivre noir, Romarin, Ravintsara, Cannelle, Katrafay, Palmarosa.

Aphrodisiaque ou tonique sexuel

Citons: Cannelle (écorce), Gingembre, Giroflier (clou de girofle), Patchouli, Poivre noir, Ylang-ylang…

 

Propriétés digestives

 1 – Eupeptiques et carminatives

Le cuminal et l’anéthol stimulent les glandes digestives.

Voici une liste d’HE : Gingembre, Giroflier (clou de girofle), Tagète, Poivre noir, Palmarosa

 

2– Antispasmodiques

Ce sont entre autres: Eucalyptus, Géranium rosat, Hélichryse, Lantanier, Tagète et Ylang-Ylang

 

Propriétés à visée dermatologique

 Certaines huiles essentielles ne s’utilisent que par voie percutanée : la Girofle, la Lavande vraie, le Cyprès entre autres

Mais toutes peuvent être utilisées en massage.

Pour soulager une transpiration excessive et malodorante : le Géranium rosat, le Palmarosa.

Le derme contient un réseau très étendu de capillaires sanguins et lymphatiques, ce qui permet aux huiles de massage d’avoir une action locale mais aussi régionale.

La voie cutanée permet de marier en un seul complexe différentes HE, véhiculées par une ou plusieurs huiles végétales, et qui débouche sur une solution thérapeutique complète, agréable et bien ciblée. Par ailleurs, cette voie n’est pas du tout incompatible avec un traitement complémentaire par voie interne.

 

Résumé des effets périphériques des HE

 

1 – Antihématome

Hélichryse, Géranium, Cyprès, Niaouli, Patchouli.

 

2 – Antiphlébitique

Hélichryse, Cyprès, Eucalyptus, Poivre noir, Romarin .

 

3 – Cicatrisante

Hélichryse, Lavande vraie, Palmarosa, Niaouli, Ravensare, Tagète, Romarin, Calophyllum (HV).

 

4 – Décongestionnant lymphatique

Cyprès, Hélichryse, Niaouli

 

5 – Décongestionnant veineuse

Cyprès, Hélichryse, Niaouli.

 

6 – Hémostatique

 Géranium rosat, Hélichryse.

 

7 – Lipolytique

Eucalyptus, Romarin.

 

8 – Tonique astringente cutanée

Géranium rosat, Niaouli. Tagète, Calophyllum (HV)

 

9 – Tâches de vieillesse (pigmentaires)

Lavande vraie, Calophyllum (HV).

 

10 – Radioprotection cutanée (avant la radiothérapie)

Niaouli.

Partager cette page

Repost 0
Publié par

Le blog de Sylvie Rabasa

Des petites leçons d'aroma au jour le jour, pour accueillir, apaiser, soulager, s'ouvrir à un champ de conscience qui nous relie à l'autre, donner de la joie, de la beauté, prendre soin, pour vivre ensemble et vivre mieux.

Recherche

Un ebook gratuit enfin disponible !

ebook

 

Abréviations

HE : huile essentielle
ESS : essence
HV : huile végétale
MH : mâcérat huileux
HA : hydrolat aromatique ou eau florale
EF : élixir floral
EP : extrait de plante
PF : plante fraîche
PS : plante sèche 

Archives

Equivalences

1 ml* d'HE = 25 gouttes = env. 1 cuillère à moka 

5 ml d'HE = 100 à 120 gouttes = env. 1 cuillère à café

15 à 20 ml d'HE = env. 1 cuillère à soupe

 

*Selon l'HE, 1 ml = 20 à 27 gouttes

Dilutions

1 % Application dermocosmétique

3 % Réparation tégumentaire (nasal/articulaire)

5 % Action sur SNC (stress/bien-être)

7 % Massage circulatoire (sanguine et lymphatique)

10 % Massage musculaire, tendineux, articulaire

15 % Sport (préparation à l'effort, réparation)

20 % Application systémique (ou locale)

50 %  à 100 % Action thérapeutique pure

Précautions d'emploi

. Gardez toujours les huiles essentielles hors de portée des enfants.

. Certaines huiles étant photosensibilisantes (angélique, orange, bergamote, citron…), ne pas s'exposer au soleil après application. 

. L'usage d'huiles essentielles est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques, en cas d'allergies respiratoires ou de problèmes de santé graves.

. Sauf avis médical, n'utilisez pas d'huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans.

. Consultez un médecin aromathérapeute pour traitement par voie orale. 

. En cas d'ingestion accidentelle, avalez plusieurs cuillérées d'huile végétale afin de diluer l'huile essentielle et contactez un centre anti-poison.